Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Nous étions légionnaires -
par Walter Schneider

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 10 février 2015

Durée de lecture : 10 mn

Nombre de mots : 2140

Un engagement dans l’armée.

Je ne suis pas un ancien militaire de carrière. Je me suis engagé 5 ans, j’ai déserté, j’ai été emprisonné, je suis allé au bout de mon contrat, et je suis retourné dans le civil. Pourtant je suis fier d’avoir fait partie de ces troupes-là.


7 commentaires :

  • bonjour,
    j’ai accroché à votre récit car il est très détaillé (des détails tous utiles, qui permettent de se représenter votre vie du moment) et de ce fait très crédible.
    autrement, j’aime bien la façon posée dont vous racontez les événements de votre vie.
    enfin c’est un récit dans lequel l’émotion va crescendo.
    un beau récit
    merci


  • Merci Titine pour votre amical commentaire, merci à Pauline Miel qui a également apprécié.


  • Votre récit rend hommage à tous les "Jacques Fischer" qui n’ont pas eu droit à une cérémonie aux Invalides et qui méritent notre reconnaissance. Merci pour ce beau récit plein de pudeur et de sensibilité. Il m’a énormément touchée.


  • Xiep :

    Joli témoignage. Quand je militais, j’avais un chef de collage qui était un ancien adjudant-chef du 2e REP. On aurait collé en enfer avec lui ! Il nous a sauvé plus d’une fois de traquenards !


  • Merci Xiep, il y avait effectivement des types pas ordinaires dans cette Légion des années 60 et 70. Aujourd’hui je pense que la génération suivante à bien prit le relais, et nous en avons besoin devant les menaces actuelles d’un monde en pleine mutation.
    Tu militais pourquoi ? si tu veux en parler.
    Bien cordialement


  • Xiep :

    J’en parle dans un récit qui est en cours de lecture. Disons que c’était un parti politique où on trouvait des anciens légionnaires au plus haut niveau


  • Bonjour Walter Schneider
    Je suis tombé par hasard sur cette page, dans votre récit ( que je n’ai pas encore pu lire ) vous parlez de Jacques FISCHER , s’agirait-il de celui qui est tombé à Geria ( sud Batha au Tchad ) le 24 novembre 1978.Auquel cas j’étais son chef de groupe lors de cette embuscade.
    Je ne suis même pas certain qu’il s’agissait de son identité réelle, pourtant j’aurai tant aimé rencontrer ses parents, ses frères et sœurs éventuels.
    Merci de me lire



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.