Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Monsieur le Maire, je brûle ! -
par Louise Ricodet

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 11 juin 2014

Durée de lecture : 3 mn

Nombre de mots : 690

Fonctionnaire et mère en quête de sens, après un burn-out.

30 ans, attachée territoriale de la génération Y, 5 ans de carrière et déjà un burn-out.


5 commentaires :

  • Bonjour,
    Je crois que l’on peut revêtir plusieurs casquettes mais lorsque la pression est trop forte et que certains tirent trop sur la corde (pression au travail notamment), on craque, indubitablement. Je pense que le bonheur et la sérénité s’obtiennent par l’équilibre que l’on donne à sa vie. Et c’est nécessaire, voire vital de chercher à équilibrer les choses pour éviter de craquer. Merci pour votre témoignage qui reflète l’histoire de tant d’autres !! Vivre à 100 à l’heure est un mode de vie presque imposé ; il faut savoir rejeter cette norme et prendre le temps de vivre.

    Kahina


  • Ce court récit est très fort. Il est impossible d’atteindre l’idéal que la société attend de nous. Super-maman et super professionnelle, toujours en forme, c’est bon pour la publicité, pas pour la réalité. Arrive un moment où il faut faire un choix. S’il faut choisir ses enfants au détriment de son travail, on pense qu’on rate quelque chose, mais ce n’est pas forcément vrai. Que vaut un travail où la vie personnelle des salariés est piétinée ? Faut-il se sacrifier pour ça ? Non bien sûr. Notre famille est plus importante. Les enfants nous poussent à nous questionner sur nos valeurs et le sens de notre vie. Plus tard, bientôt, vous reprendrez le travail, peut-être un autre travail, où le respect de l’être humain (et de la spécificité des jeunes mères) sera mieux pris en compte. Cette crise personnelle aura donc sans aucun doute servi à quelque chose : à rétablir la vérité sur ce qui est important pour vous.


  • L’histoire d’un sauvetage en cours que vous ne devez qu’à vous-même. Le titre de votre récit est très judicieux et drôle.


  • Merci pour ces messages encourageants et vos réflexions !


  • Quand on a la chance de pouvoir choisir d’arrêter de travailler il ne faut surtout pas culpabiliser. Les enfants et la vie de famille peuvent devenir une priorité qui épanouit et accomplit totalement quitte à se mobiliser pour du bénévolat. Merci pour votre récit.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.