Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Mon seul pays est la nuit -
par Heinrich Koffi

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 3 novembre 2015

Durée de lecture : 15 mn

Nombre de mots : 3120

Devenir boulanger.

Le soir je suis au turbin. Le matin vous êtes pressés. Il faudrait que le soleil ait rendez-vous avec la lune pour qu’on se rencontre !


2 commentaires :

  • Merci pour ce récit plein de poésie et d’humanité. Je suis sûre qu’une Colombine vous attend........


  • Taf :

    Invisible comme un boulanger. Ce pourrait être une formule. Le restaurateur ou le cuisinier passe en salle pour voir ses clients (voir le texte "l’assiette parfaite"). Le boulanger n’en a pas le temps ou si peu. Ne jamais oublier que derrière la cariacture du francais, béret sur la tête et baguette à la main, il y a un boulanger qui travaille quand ses clients dorment. Merci pour votre texte. Il sent le feu de bois et le pain chaud. Et ça, c’est bon et beau.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.