Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Le Couteau Suisse -
par Mika Goldhand

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 17 décembre 2014

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 970


4 commentaires :

  • J’aime votre image du couteau suisse, et vous en déclinez l’utilisation avec brio.
    Je connais aussi ce type de métier multi-fonctions, fait de responsabilités multiples et de micro tâches qui rythment la journée.
    Mais êtes-vous vraiment sûr que vous ne changeriez de métier "pour rien au monde" ?


  • Bonsoir Catherine et merci pour votre commentaire.
    Vous avez trouvé la faille de mon récit.
    Oui, vous avez raison.
    Je n’ai aucune certitude en la matière et si une opportunité differente de mon quotidien se présente, pourquoi ne pas en profiter ?Qui est capable d’affirmer qu’il ne changera jamais de métier ? Et bien, pas moi.
    BIen vu !! Et ravi que mon texte vous ai plu.

    Bonne soirée.

    Mika Goldhand.


  • Merci pour votre récit qui illustre bien les multiples rôles du manager d’aujourd’hui. Toutefois...Votre comparaison finale par rapport au "bureaucrate coincé et prétentieux" me fait sourire car elle traduit l’image que vous avez des fonctionnaires, dont je suis. Avec un petit effort, vous comprendrez mieux pourquoi les gens vous regardent comme celui qui leur pique leur argent...
    Bon j’espère que vous ne travaillez pas pour une banque suisse ou luxembourgeoise, tout de même !


  • Bonjour Patrice, et merci pour votre commentaire.Je vous rassure, je suis très bien placé pour parler des fonctionnaires.Mes parents l’étaient tous les deux.Ne prenez donc pas celà pour vous et votre fonction d’une manière genérale, necessaire à tout bon fonctionnement d’un pays.Sans les fonctionnaires, nous n’aurions pas de santé, pas d’éducation et pas de services publics ...
    Et je ne travaille pas dans une banque Suisse ou Luxembourgeoise.Je travaille dans un grand groupe Français (pas encore Chinois) qui essaie justement de faire changer le regard des gens sur la banque.Nous privilégions la proximité, le conseil, la satisfaction et la rapidité de réponse à la vente inadéquate, opportuniste et non fidélisante.Je pense que dans l’ensemble, nos clients sont satisfaits de cette approche.Il y a forcément des insatisfaits dans toutes relations n’est ce pas ?Mais faisons en sorte, vous comme moi d’en réduire le nombre. Avec un peu d’intelligence et de respect, tout le monde peut se cotoyer et utiliser les compétences de chacun sans se sentir abuser par l’autre ou manipuler.
    Je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d’année.
    Mika Goldhand.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.