Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

La (re)naissance -
par Elodie Chardon

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 22 octobre 2013

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 980

Un jeune couple décide de quitter Paris pour Bordeaux.

Il y a un an. Le 18 octobre 2012, ma vie a basculé. A 03h09 du matin, je voyais mon fils plonger ses grands yeux noirs dans les miens pour la toute première fois.


10 commentaires :

  • Chère Elodie
    Je suis Anne et je viens de rejoindre la communauté. Ton récit fait écho à ce que j’ai vécu avec mon compagnon en 2012. Alors je te livre ce message pour te dire que tu as raison d’avoir confiance. Parisiens de longue date, Charonne dernier lieu, nous avons décidé de partir... les déclencheurs sont proches des vôtres. Deux enfants et puis la sensation d’un enfermement, d’une complexité épuisante, d’une énergie passée à organiser, anticiper, à vouloir s’échapper pour la campagne, "lâcher nos monstres" dans la nature... Nous sommes partis en Provence et y sommes installés désormais depuis presque deux ans. Je n’ai aucun regret, je suis entourée de beauté, de nouveautés, j’écoute, j’observe, je découvre des lieux nouveaux (nature, culture, troquets... c’est important le noir de comptoir), je savoure. J’ai adopté un autre rythme. Pas toujours simple, j’ai quitté mes amis, ils me manquent. Mais on réussit à se voir et on s’aime toujours autant. Alors confiance, c’est le mot.


  • A Elodie et Anne, et tous les autres, parisiens, ex-parisiens, etc...
    Je viens moi aussi de rejoindre la communauté, et je vous apporte mon témoignage en négatif : moi, je n’habite pas Paris, je n’y ai jamais vécu... et je n’en ai aucune envie ! Pourtant, je vis dans une -toute- petite ville de province, plutôt moche, dans un coin pas terrible, avec un accès compliqué à la culture, des établissements scolaires "bof bof"... Je trouve que Paris est une super ville, très riche, très métissée... mais épuisante, voire violente... Et à chaque fois que j’y viens (régulièrement, lors de déplacements professionnels), c’est comme une piqûre de rappel : non, je n’y vivrai jamais, trop fatiguant, trop bruyant, trop trépidant...
    Elodie, bravo pour votre choix, ça n’a pas dû être facile, mais vous allez gagner en qualité de vie...


  • Elodie,
    je dis bravo : bravo déjà pour votre récit et bravo pour avoir eu ce courage qui manque à tant d’entre nous de se déraciner d’un lieu pour vivre une nouvelle vie ou une vie différente.
    Je ne suis pas faite pour la vie en ville ; j’aime m’y rendre mais j’y ressens ce que vous exprimez si bien dans votre récit que j’ai vraiment eu un très grand plaisir à lire.


  • La même expérience, mais 12 ans plus tard. Elodie j’ai fait les mêmes choix, pour les mêmes raisons, avec les mêmes larmes au départ de Paris, les mêmes doutes, le passage par les mêmes exaspérations, les mêmes espoirs. Un voyage déclencheur en été 2001 et 4 mois après on était partis. 12 ans après je n’ai aucune envie de revenir à Paris. Ville que pourtant je continue d’adorer. Avec ce recul géographique je comprends mieux l’agacement que produisent les parisiens sur les autres. Je suis moi même irritée quand j’entends des journalistes radio ou télé indiquer un spectacle à Paris oubliant qu’ils s’adressent à la France entière. Je me "provincialise", la preuve : il m’est arrivé de me planter dans le métro. J’étais vexée comme un pou parisien !
    Pour autant je pense que la question n’est pas de savoir dans quel endroit l’on vit, mais surtout d’être capable d’en partir, de se faire suffisamment confiance (... et aussi à son pays, son continent, sa planète, ses semblables ?) pour faire le pas du déracinement volontaire.
    C’est cette démarche, que pour ma part je trouve surtout importante, et pas forcément le lieu où l’on vit.


  • Belle expression du néant de la vie, dans le style comme dans le fond.


  • Très beau texte dans lequel tous ceux qui sont passé par Paris ,(dont moi) se reconnaissent. Un bébé change la vie, mais on ne regrette jamais.
    Amicalement
    Cathy


  • Il faut une certaine dose de courage pour changer de vie. Gardez confiance, l’entrée de votre fils à l’école va vous aider à trouver les amis que vous espérez...

    Cordialement

    Jean-Pierre


  • On avance toujours par sauts décisifs quelque fois, sans crainte on a l’audace qu’il convient, la liberté créatrice. Mais ce qu’il est facile de faire seul est complexe lorsqu’il s’agit d’une famille.
    La décision de l’un n’est pas forcément la même de l’autre, et les enfants subissent les choix. Il y a toujours des risques à mesurer. C’est la vie avec ses paris, ses opportunités qu’il faut savoir prendre. Savoir renaître c’est s’ouvrir un peu plus au monde, c’est s’écrire sur une autre page comme vous l’avez fait et il me semble au bon moment. Quand les enfants sont grands c’est autrement plus difficile.


  • Un joli récit et vous verrez, Bordeaux est une ville très agréable !


  • Bravo Elodie !
    Vous avez su suivre votre instinct en vous donnant l’impulsion et les moyens de réaliser votre rêve.
    Ne doutez jamais de ce choix de vie. Il est bien meilleur pour votre famille. Vos amis seront ravis de vous rendre visite dans notre belle région bordelaise.
    Loin de la couleur coquille d’huitre du ciel parisien, votre enfant, votre compagnon et vous même profiterez de la lumière et du bleu incomparable des cieux aquitains, sans oublier la douceur du climat.
    Nous avons dû attendre 18 ans la mutation de mon époux pour enfin respirer à pleins poumons. Originaire de la région Centre, je n’ai jamais réussi à m’habituer à la vie poussièreuse et de plus en
    plus insécurisante et stressante de la banlieue parisienne. Après
    une vie de sacrifices, nous méritions de VIVRE enfin pleinement.
    Mon époux et moi même nous sommes battus pour tout
    recommencer à Bordeaux. Notre voeu le plus cher était d’offrir une vraie qualité de vie à nos enfants.
    Il est heureux que vous ayez donné, jeune, ce tournant à votre vie qui se promet d’être belle.
    Encore bravo pour votre courage et bienvenue à vous et votre petite famille dans notre belle région Aquitaine.
    Muriel Carpe diem



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.