Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Ouvroirs d’imaginaires -
par Sandrine Salières Gangloff

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 30 mars 2017

Durée de lecture : 9 mn

Nombre de mots : 1870


8 commentaires :

  •  !!!! Un très grand merci à raconter la vie ... pour ce qu’ils font, ce qu’ils sont !
    Sandrine


  • Merci Sandrine pour cette belle leçon d’humanité, de courage et de ténacité. Vouloir être à tout prix artisan du livre, page après page de sa vie, sans couverture ni appui, presque pour la beauté du geste, parce qu’on le veut à tout prix, un bel exemple de vie. Entre relier et relire, une simple permutation de 2 lettres et tout est dit. Soigner le livre pour qu’il puisse être lu de nouveau, pour qu’on n’oublie pas celui qui l’a écrit. Votre contribution est essentielle, vitale, en cette période où la lecture, la littérature et la culture sont des refuges, mais surtout, souhaitons-le, des remparts contre les obscurantismes qui nous menacent. Bon courage ! Vous savez, si relier n’est pas une sinécure, écrire, et être lu, n’en est pas une non plus. Parole d’auteur. Vincent Silveira


  • Bonjour Vincent, merci de cette lecture attentive.
    Je vais aller lire vos récits.
    Bien à vous.
    S.


  • De récit il n’y en a qu’un sur raconterlavie : "C’était le temps du verbe". J’ai publié, par ailleurs, 3 romans historiques, 1 recueil de nouvelles et, tout dernièrement (paru le 8 mars) un conte philosophique "La métamorphose d’un fasciste repenti". Bonne continuation, Sandrine.
    V.S.


  • Bonjour Sandrine,

    Merci pour ce récit qui met en lumière à la fois le rôle capital des rencontres providentielles dans le choix d’un métier et également la nécessité d’acquérir un savoir-faire, de maîtriser une technique pour se faire une place dans le monde du travail. Et quelle chance vous avez, malgré tous les obstacles, de pouvoir exercer un métier-passion !
    Et puis, il s’agit de réparer. Des livres, de surcroît ! C’est tellement symbolique...
    Merci à vous et à tous les artisans d’art.


  • Bonjour, bonjour,

    Merci pour vos commentaires , c’est toujours un plaisir de lire les réactions de lecteurs et d’aller visiter leurs profils pour nous rendre moins anonymes dans cette aventure d’écritures et de témoignages.
    Je me pose la question de savoir si à part nous les gens attentifs aux autres finalement, les décideurs politiques essentiellement, puisqu’il s’agit à travers chacun d’entre nous de faire société et de témoigner de la diversité, se rendent compte de l’énergie, le travail, la passion et l’apport de sens de nos métiers, nos expériences, nos témoignages ?
    Qu’allons nous devenir dans cette grande toile qu’est le net ?
    Y-a-t-il des étudiants qui lisent et nous prennent pour un matériau d’études sociologique ?
     :)
    S.


  • Bonjour Sandrine.
    Votre interrogation me semble légitime et pertinente. Le site est trop "neuf" encore, trois ans seulement à ma connaissance. Mais il semble certain qu’à plus ou moins brève échéance ce riche terreau de récits et de témoignages servira pour des études, des thèses... Bonne continuation et gardez votre énergie et votre envie. Vincent Silveira


  • Oui, merci de cette réponse.
    3 ans déjà et c’est tellement peu en effet.
    Vous avez mis le doigt effectivement sur la problématique de nos métiers d’artisan et d’artiste ... conserver de l’énergie pour continuer.
    Bien à vous.
    S.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.