Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Franchir la Méditerranée -
par Jean-Pierre Nucci

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 3 février 2014

Durée de lecture : 21 mn

Nombre de mots : 4390

Corse d’origine, Jean-Pierre rêve toujours à son île, sur les bords des piscines municipales de Paris. Il étouffe dans la fonction publique nautique mais hésite à se lancer dans d’autres projets.

J’ai souvent entendu dire qu’on sort de l’administration, ce monde fermé, comme l’on y est entré, sans jamais vraiment progresser, assurant tout au long de sa carrière la même mission, reproduisant pendant tout ce temps les mêmes gestes.


5 commentaires :

  • Bonjour,
    Quelques mots pour vous dire combien j’ai aimé la limpidité de vos images, "le corps basculé à l’envers" dans la mer, puis celle du "prisonnier urbain" ; l’importance de cette découverte : "être écouté" ; la description de vos divers accompagnements ; les souvenirs qui vous rendaient vivant, jusqu’à "l’état de légèreté et de félicité" qui vous a quitté.
    Les sensations de bonheur que vous avez connues font qu’un jour, j’en suis sûre, vous retournerez "palmer vers les profondeurs".
    Merci pour votre belle (a)encre marine.
    Catherine Martinez


  • Merci madame. Vous avez su saisir avec justesse le sens de ce récit. Laissez-moi vous dire que, pour l’instant, je garde mes pieds sur terre mais, comme vous le suggérez, je ne désespère pas un jour de "palmer dans les profondeurs"

    Bien cordialement.


  • Bonjour,
    Vous dites "Il faut du temps pour s’adapter mais, in fine, j’éprouve aujourd’hui du plaisir à être celui que je suis devenu. Pas meilleur qu’avant, non, simplement différent et surtout en phase avec l’instant présent."

    Et je crois que c’est bien là l’essentiel : être présent à l’instant, être présent à soi-même. Quelque soit notre évolution, quelque soit notre histoire, quelque soit notre identité et les désirs à partir desquels on regarde son avenir, le plus important est de SAVOIR ÊTRE PRESENT.

    Le vrai talent, pour moi, est là. La vraie virtuosité valable, pour moi, est là. Car en étant présent à soi-même, on touche vraiment ce que la vie nous présente, on attrape vraiment ce qu’elle nous offre. Et peu à peu, on apprend à se donner le meilleur à soi-même car être à l’écoute de ce qui nous arrive c’est être connecté aux autres le plus complètement possible. C’est faire des moments partagés des moments créateurs où on se laisse être transformé par l’autre autant qu’on le transforme.

    Merci pour votre texte et pour ce partage.


  • Ceci est la suite de mon premier et précédent message car je n’avais pas la place de dire tout ce que je voulais dire dans le premier^^.

    Ce qui m’a beaucoup touché aussi, comme Catherine, c’est cette image du "prisonnier urbain". Vous dites "Depuis que je suis prisonnier urbain, je n’ai plus la possibilité de m’adonner à mes passions, la chasse sous marine, la plage et la montagne". O combien j’ai connu cela avant.
    La ville en effet nous hypnotise tellement qu’elle peut nous faire prendre une distance monstrueuse avec nos sens et avec nos passions, avec ce rapport au monde que l’on a toujours pratiqué, qui nous a constitué et qui, finalement, fait partie de nous. Nous avons l’impression de nous dessécher progressivement car, sans s’en apercevoir, nous nous sommes déconnectés de notre source :

    C’est pourquoi, il ne faudrait jamais se séparer de nos passions, car elles font partie de nous.

    Après une très longue absence à nos passions, lorsqu’on reprend contact c’est alors un flot d’émotions extraordinaires qui nous envahit et nous remet en mémoire des images de nous-mêmes, d’émotions brutes, d’instants que nous avons vécus qui sont comme des indices de l’énigme que chaque jour nous essayons de percer : nous-mêmes.

    Merci pour votre texte qui, comme vous pouvez le constater, m’inspire. Merci.


  • Merci, votre analyse est élogieuse. Oui, vous avez bien perçu le sens du texte et vous avez su même y découvrir des notions insolites.

    Avec mes remerciements.

    JPN



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.