Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 29 janvier 2014

Durée de lecture : 3 mn

Nombre de mots : 670


10 commentaires :

  • Merci pour ce récit : je pensais que la lecture était toujours bénéfique .Apparemment pas pour les non bénévoles que vous avez côtoyé. Ca fait assez froid dans le dos . Et c’est vrai que classer "le parfum" dans les polards, ça laisse perplexe. Vous valez bien mieux que ces gens là. Ils ne vous méritent pas.
    Très cordialement


  • Moi aussi, je pense que lire rend meilleur ; une très intéressante enquête sur l’intelligence émotionnelle développée par la littérature a fait parler d’elle il y a peu. Conclusion, ces personnes n’ont pas cette intelligence émotionnelle, elles ne doivent pas lire...Je suis consternée parce que souvent on m’a dit " Ils ne vous méritent pas", déjà sur mes actions ailleurs, mais personne ne veut de moi !
    Enfin, j’ai mes amis, les livres, et les gens qui me lisent sur mon blog...ça me va !
    Bien cordialemnt


  • On est comme on est, sensible, plus que sensible, grand, petit c’est ainsi.
    Les places sont chères, la compétition sélectionne, évacue sans ménagement. Beaucoup s’en accommodent en raccord avec le monde perverti par l’inhumanité de certaines paroles blessantes, la défiance, les préjugés. De tout coeur avec vous pour notre défi sensible à relever, il y a des lieux, des amis, des livres, nos échanges sur ce site, votre blog...


  • Vos idées, vos suggestions dérangeaient l’ordre bien établi et déstabilisaient certains habités par des craintes de perte de contrôle, de pouvoir.....
    Nous sommes tous habités de crainte et surtout celle d’être rejetés.
    Echangeons de bonnes idées de lectures de découvertes d’auteurs .... de magazines, etc.... bien à vous et à vous lire
    véronique.


  • De pouvoir, c’est sûr, je n’en avais pas une once, j’étais jetable, on m’a jetée. Je dois rendre justice à la plupart des gens de cette profession que j’ai connus, ils n’étaient pas comme ça, bien loin de là. Là, il parait qu’on a recruté des profils "atypiques" ce qui veut dire qui n’ont pas été formés à ce métier, particulièrement, c’est peut-être une erreur


  • Ce serait dommage de rester sur cet "échec relationnel" tentez votre chance ailleurs...
    Je suis aussi une ex bénévole de biblio (23 ans de lecture publique), "ma biblio" me manque déjà, ça fait moins d’un an que j’ai quitté l’équipe dans laquelle je m’éclatais !
    Mais j’ai des projets de changement de vie et je sais que quelque part ma passion pour les livres me révélera une autre voie....
    Je vous souhaite de belles rencontres sur le chemin des livres.


  • Vous savez, à la campagne, l’ailleurs est assez loin ! Non, ça ira mieux bientôt, il faut digérer, et puis je lis, et je lis, et je partage sur mon blog, j’écris un peu, tout ça est juste un cahot sur le chemin...enfin, c’est ce que je me dis !


  • Anne :

    Le bénévolat m’a toujours laissé un sentiment ambivalent : effectivement, sans les bénévoles ,qui sont souvent des passionnés comme vous, la vie n’existerait pas dans beaucoup de petites communes.Mais par ailleurs, quelle est cette société qui utilise le bénévolat sans vergogne, qui fait cohabiter bénévoles et salariés en sachant les tensions que cela peut occasionner et qui se défausse sur les associations pour éviter de gérer les inégalités qu’elle a elle-même générée ?


  • Beaucoup de gens pensent et disent comme vous. Dans mon cas, il ne s’agit même pas d’association, puisqu’il s’agit, de bibliothèques municipales !
    On peut aussi tout laisser tomber...En ce qui concerne les bibliothèques, si on ne les monte pas en utilisant le volontariat, il y a peu de gens qui les réclameront( ce n’est pas comme ce qui gère ce qu’on appelle du "concret" ! ), ça c’est certain, et après tout le discours de ces dernières décennies : la culture, la lecture et blablabla, la Princesse de Clèves et compagnie, ce discours a fait flores, des tas d’émules et s’est bien ancré dans les esprits ( qu’il n’a pas fallu pousser beaucoup ), on n’a qu’à laisser continuer...Eh bien moi, je n’y arrive pas...



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.