Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Philippe Rousseau

Auteur, acteur, metteur en scène, directeur de la Cie Taupes Secrètes Artistes Associés, Professionnel associé à l’université Bordeaux Michel de Montaigne.


Récit

Carnet de voyage en maison de retraite  

Un regard sur le quotidien d’une maison de retraite. La tendresse et la pudeur du point de vue laissent entrevoir les bouleversements provoqués chez l’observateur par cette expérience. La vieillesse, la dépendance, la perte de mémoire, de ses moyens, la mort, l’implication du personnel, la place des familles sont autant de sujets qui apparaissent en filigrane, et nous questionnent.

Tout le monde marche, un chariot devant, un vieux à la main. Des blouses à liserés verts, rouges, roses m’indiquent un code que j’ai oublié.

Publication : 31 mars 2014

Durée de lecture : 32 mn

Nombre de mots : 6530

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Merci de votre commentaire. Encore une fois je suis heureux de lire vos messages, de connaitre un peu les lecteurs. Nous n’avons pas mis de photos dans l’édition web mais vous verriez les photos (dont certains selfies) que nous avons fait à l’EHPAD, vous ririez. Pour la future édition papier, nous travaillons avec un dessinateur qui vient nous croquer in situ. J’en espère de belles choses.
    Bien à vous
    Philippe

  • Merci. Non seulement ce que vous dites sur mon texte me touche mais en plus, j’en apprends un peu sur vous. C’est bien, au final, une édition sur le web car nous pouvons lire des réactions de lecteurs. ce texte a été écrit suite à une résidence d’écriture à l’EHPAD (Etablissement Hébergeant des Personnes Agées Dépendante) Belle-Croix de Floirac (33), à l’invitation du CLEM (Comité de Liaison Entre-deux-mers). Le CLEM en éditera une version papier en juin. J’ai passé deux mois, tous les jeudis et vendredis de juin à juillet 2013. Je reprends maintenant pour la même durée. Je peaufine, je continue. Là, ce soir, c’est une nuit entière que j’y passe. Tous le monde dort sauf les trois veilleurs, et moi. La maison est calme, plus de cris, d’agitation, de fauteuils qui roulent. Un paquebot qui navigue dans la nuit. Et, dans cette nuit, vous lire est agréable.
    Quant à savoir comment je m’appelle....