Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Patricia, agent des gares -
par Christophe Petot

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 19 mai 2014

Durée de lecture : 36 mn

Nombre de mots : 7370

Le portrait d’une agent des gares.

Elle ressemble à une embarcation, non pas à une frêle barque, mais à un chalutier massif qui traîne avec peine un lourd chalut.


3 commentaires :

  • Il est étonnant et chaleureux ce portrait.
    Comme on dit : c’est le "regardeur" qui fait l’oeuvre d’art, c’est aussi le regardeur qui nous livre , içi, peu à peu, la densité d’un portrait , puis s’interroge sur son statut de regardeur.
    Qui sommes nous dans ce regard ?
    Beau récit vraiment
    Merci .


  • Je ne peux exprimer mieux que Nathalie Delbarre dans sa lecture transversale des textes de RLV, ce que je ressens en lisant ce portrait. N.Delbarre écrit " Enfin, dans le monde de ceux qui ne partent pas, Christophe Petot dresse le portait de Patricia, agent RATP qui n’obtient pas de promotion, et reste sa vie durant rivée à un guichet du quatrième sous-sol du forum des Halles, parce que « dans la vie, c’est toujours Patricia qui trinque ». Mais Patricia possède aussi son ailleurs qu’un regard attentif et bienveillant permet de découvrir. Ce qui rend ces narrations justes et vibrantes − quels qu’en soient le style ou le parti pris d’écriture − c’est leur engagement dans la réalité, leur manière d’être au plus près de leur objet. Christophe Petot, qui a mené une véritable enquête sur sa collègue de travail en creusant, comme dirait Virginia Woolf, « une belle grotte » autour d’elle, nous dit : « Écrire un portrait engage celui qui écrit autant que son sujet »... Et le lecteur, commençant à percevoir quelque chose qu’il ne remarquait pas, se trouvant engagé à son tour, se dit, comme Christophe Petot : « En chacun de nous vit une part de Patricia ». Telles sont peut-être les bases de la démocratie narrative − ni vœu pieux ni douce utopie consolatrice − de Raconter la vie."

    C’est une consolation de pouvoir lire chez les autres ce roman vrai de la société française contemporaine. Merci.


  • Je viens de lire le troisième de vos livres sur ce site.
    Différent mais toujours aussi intéressant.
    Très beau ce portrait de Patricia, on la voit, elle vit.
    Et le vôtre au travers du sien.
    Ce regard sur elle mais et tout en même temps sur vous la regardant.
    Merci.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.