Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

L’envers du décor -
par Victoria

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 14 mars 2014

Durée de lecture : 44 mn

Nombre de mots : 8850

La souffrance au travail, le processus d’élimination, l’exclusion, tel est le sujet de la pièce de théâtre qu’une compagnie est en train de monter. C’est aussi ce que vit Cécile, intermittente du spectacle, bras-droit du directeur artistique : une nouvelle gestionnaire bouleverse l’organisation basée sur un contrat moral ; Cécile n’est plus tout à fait digne de confiance, on ne lui parle plus comme avant, on lui reproche ses heures, on met en doute ses compétences, on l’élimine insidieusement… Tout en dénonçant ces pratiques sur scène.

Jamais je n’ai imaginé que vous songiez à ne pas me payer pour ce travail. J’ai toujours été claire non ? Je veux travailler au réel du temps consacré à la compagnie. Je l’ai toujours dit. Et puis nous avions un contrat moral quand même !


4 commentaires :

  • J’ai voulu faire un commentaire : 2076 caractères pour 1 500 autorisés
    Donc pas possible
    Merci de nous permettre de traiter les sujets comme il se doit


  • Un récit poignant qui montre comment la règle économique peut tuer la passion.


  • Belle écriture vraiment ... pour un sujet douloureux
    Le temps du travail réel et le temps payé est un sujet récurrent qui ouvre à bien des abus .
    Cadre au forfait en entreprise : payé pour une mission ( et donc sans aucune borne de temps), ce cadre au forfait trouvera normal de travailler les WE pour, par ex, préparer des formations, des conventions ,etc... ou bien jusqu’à 21 h tous les soirs dans le meilleur des cas.
    Le forfait amène la suspicion : travaille-t-on réellement assez pour le prix payé ? Quand on est passionné par son travail, doit-on rémunérer le " plaisir" du travail ?
    Et en perspective, les petites mesquineries Celui qui arrive avant les autres, celui qui part après les autres,... ( oui mais quid des pauses cafés, des pauses cigarettes , des bla bla divers et variés...) etc ....
    Pour ceux qui se déplacent souvent, le temps du voyage est ce bien un temps de travail ? ( j’évoque ici des trajets de plusieurs heures par jour par route, par train , par avion où il s’agit de partir de chez soi vers 5 h du mat parce que vous êtes attendu dans le meilleur des cas pour une 1ère réunion à 9 h )


  • suite
    Pour les infirmières, le temps à revêtir sa tenue de travail obligatoire, est -ce du temps de travail ?
    On voit bien que subrepticement , certaines professions considèrent "normale" de ne pas payer une partie du temps nécessaire à la réalisation de la mission pour laquelle on est censé être rémunéré , ce qui revient à faire intérioriser une culpabilité permanente , en faire trop de façon permanente, jusqu’au crash intérieur .

    La dernière profession qui s’illustre dans ce domaine : le service à la personne : le temps payé rends impossible un vrai service à la personne et autorise toutes les maltraitances à l’égard des personnes dépendantes
    Et puis bien sûr , ce que vous montrez avec talent dans votre récit : la désignation d’un coupable permettant d’éluder l’analyse constructive du problème
    Madame Machine dans ce jeu perpétuel, deviendra , à son tour, un jour , la coupable idéale .



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.