Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Enseigner aux cassés -
par Monsieur Barthélémy

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 18 novembre 2014

Durée de lecture : 37 mn

Nombre de mots : 7430

Etre enseignant référent.

Il fallait bien que je continue de réparer quelque chose, en travaillant avec les cassés de tous ordres, de la tête ou des jambes, les moteurs et les cognitifs, comme notre novlangue les invente désormais – les invente, puisqu’ils n’existent pas dans la vraie vie, puisqu’on ne les y voit pas, ou qu’on en détourne le regard.


4 commentaires :

  • Quelle claque...
    Merci !


  • Toute mon admiration, vous maniez la langue, Littéraire, et aussi la novlangue et ses sigles ronflants , avec grande maîtrise. Sur le fond je perçois quelque critique envers ceux qui comme moi ont été affligés de " l’inanité de leur formation initiale", et sont "ennemis de toute pensée pédagogique", suppôts de l’horrible sélection destinée à produire les scientifiques non moins horribles et incultes, qui ont pourtant fait notre richesse, et pas seulement notre fric. C’est notre richesse qui permet de consacrer des moyens importants à nos différents marginaux, qui ailleurs seraient éliminés ou exportés vers des pays plus riches. D’une part les résultats de cette oeuvre sont à évaluer, d’autre part les enseignants en charge de cette tâche parfois inhumaine, culpabilisés s’ils ne possèdent pas de piano, souffrent au point qu’ils aspirent à ne plus être comme vous en contact direct avec leurs ouailles. Mon grand-père comme le vôtre blessé en 14, à Verdun et au chemin des dames, était paysan. Aujourd’hui il y a à peu près autant de paysans que d’enseignants, et autant de suicides des deux côtés, alors que les uns sont bien payés et assurés de leur avenir tandis que les autres sont pauvres souvent, seuls, malades et épuisés physiquement. Mais il est préférable de ne pas se pencher sur de vilaines statistiques et de célébrer la vraie, la grande Culture, l’Art, seul remède à notre tragique condition.


  • Merci de votre lecture.
    Pas d’amalgame, ou d’équivalence, ni de congruence (modulo ce que vous voulez ;-)) de ma part du type scientifique = inculte ! Ce serait trop simple. Et la Culture ne sauve de rien (nos pays européens, de vieille et haute culture, l’ont montré dans l’histoire et, 100 ans et 70 ans plus tard, continuent, malheureusement, de le faire) !
    La culture englobe la science, bien évidemment, et je suis sensible à la poésie des fractales ou de la logique floue...
    J’inscrivais seulement mon parcours dans un "forçage" familial, ni cause, ni conséquence de mes choix ultérieurs, mais élément d’une vie dont nous savons, aux âges qui sont désormais les nôtres ;-), qu’elle récapitule le tout de manière cardinale après l’avoir décliné de manière ordinale ;-)


  • À Sabine : merci pour votre lecture.
    Et, surtout, remettez-vous ! Je ne souhaitais pas, même à distance, infliger une telle "punition" à mes lecteurs potentiels ;-))



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.