Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 30 octobre 2014

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 900

Les sacs d’une femme qui vit dans la rue.

Elle prend rarement le bus, n’appelle personne, fait ce qu’elle doit faire, guidée par son rituel secret. Quelquefois elle s’arrête, s’assied en tas, et psalmodie : « sale bonhomme, sale bonhomme, saleté, saleté… » en triturant son sac poubelle bleu.


3 commentaires :

  • Chère Nathalie,
    Un texte très beau, très touchant, j’ai parfois eu l’impression de me relire. Finalement, par l’écrit vous parvenez à traduire "le fonctionnement" psychologique de cette dame.

    Bien à vous,

    Kahina


  • bonjour,
    je trouve que vous décrivez cette femme de manière tout à fait attentive, intelligente et fine.
    votre histoire m’a semblé à la fois simple et parfaite dans son déroulement (vos observations qui dessinent par petites touches un portrait de cette femme, l’incident final qui clôt le portrait) et son approche sensible (votre façon de décrire plutôt que d’expliquer, votre questionnement en pointillés sur les attentes de cette femme).
    merci
    bonne journée


  • On se sent requise par votre "mendiante bleue" ("La Mendiante bleue" ce qui aurait fait ou ferait un superbe titre tant cette expression vous entre dans la tête pour n’en plus sortir... parente, en cela, de la mendiante de Duras ?)
    On tremble pour elle car son histoire ne peut que mal finir et l’on tremble aussi de se reconnaître dans les petits gestes, les petites paroles de bonté maladroite des passants, la petite bonne conscience pour pas cher qui fait passer une bonne journée, content de soi.. J’aime bien votre façon de vous donner le mauvais rôle de celle qui ferme ses volets.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.