Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

A peu de choses près -
par Jean-Pierre Nucci

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 25 février 2014

Durée de lecture : 15 mn

Nombre de mots : 3180

Passer un diplôme national de préparateur physique demande beaucoup d’énergie, de travail et d’ascèse, mais aussi de la ruse...

Je m’étais imposé un régime draconien à base de protéines. Ma nouvelle alimentation, totalement dépourvue de sucres et de graisses, s’était limitée à trois repas quotidiens composés de blancs de poulets, de verdures et de fromage blanc à 0 %.


9 commentaires :

  • A lire absolument : chacun d’entre nous s’est retrouvé confronté, un jour ou l’autre, à une épreuve, un examen, un concours, avec leurs cortèges d’émotions et d’angoisses. L’auteur de « A peu de choses près » nous fait revivre avec beaucoup de justesse et pas mal d’humour ces moments si particuliers où l’avenir est en jeu.


  • Merci Carla. Hé oui ! Je pense ne pas être le seul à faire ce type de cauchemar.

    Amitiés


  • Un bon moment de lecture dans lequel on peut retrouver des situations drôles et émouvantes.
    Une situation que l’on peut rencontrer dans son quotidien.
    Vraiment sincère et authentique


  • Merci Christophe. Bien vu, c’est vrai, beaucoup d’entre nous ont vécu les mêmes moments d’émotion. Et c’est encore vrai, le souvenir d’un concours ou d’un examen est susceptible de nous poursuivre toute notre vie. Je connais une grand-mère médecin qui, de temps en temps, re-passe l’interna. Mais, dans mon esprit, c’est aux jeunes que ce récit s’adresse plus précisément. L’idée est que, lorsque l’on veut quelque chose, il faut mettre tous les moyens à sa disposition pour l’obtenir.

    Amicalement

    JP Nucci


  • gavroche :
    c’est vrai que c’est un beau récit, tout y est, la manipulation, l’orgueil et finalement l’humain, ça transpire. En fait c’est la générosité qui l’emporte et déborde le tout on est tellement prêt qu’on est plus prêt du tout. On ne sais plus c’est l’instinct après qui gouverne, une autre part de nous-même, d’instinct l’on se souvient, d’instinct on répond et on oublie aussi, d’instinct on se bat comme un annimal pris au piège, d’instinct on sent l’autre aussi qui voudrait nous coincer, un beau récit qui se flaire.


  • Je suis ravi de savoir que vous avez aimé ce texte.

    Merci


  • bonjour,
    Je vous ai entendu ce matin sur France inter.Votre témoignage a été bien perçu, on a pu comprendre votre démarche et les sentiments qui vous ont accompagné lors de votre changement de vie.
    Merci s’était très sympa !


  • Erreur : C’était très sympa !
    désolée
    Jocelyne


  • J’avais saisi quand même. Ce qui compte c’est l’intention.

    Votre récit donne envie de se lancer dans l’aventure. Votre site fait saliver.

    Amicalement.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.