Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

L’école, plus jamais -
par

Attention, ce récit n'est pas publié

Publication : 13 juin 2014

Durée de lecture : 2 mn

Nombre de mots : 540

Traumatisée par les mathématiques et les méthodes d’apprentissage, une jeune femme expose son rejet du système scolaire.

Je suis nulle. Ignorer les fondements d’une division peut s’avérer problématique, mais pas invivable. Ne pas savoir convertir les millilitres en décilitres, pour la bonne tenue d’une recette, c’est embêtant. Mon verre doseur le fait pour moi.


4 commentaires :

  • Bonjour,
    Votre texte me rappelle un peu moi. Nulle en mathématiques depuis le CE2, cela m’a poursuivie jusqu’au baccalauréat. J’ai du redoubler ma seconde parce que ma prof de maths s’est formellement opposée à mon passage à cause d’un 6 de moyenne. Elle m’a dit que je n’avais "aucune logique". Il y a des gens plus scientifiques, d’autres plus littéraires et puis certains savent tout faire. Je n’insiste pas, je ne serais jamais comptable ou prof de maths. D’abord, je n’aime pas les chiffres. J’aime les lettres. Il y a une certitude avec les nombres. Il forment des unités, des centaines, des millions, des pourcentages, des quotas, des degrés... Mais les lettres à mon sens, sont libres et indomptables ; elles créent des histoires, permettent de transcrire des émotions, inscrire le temps qui file.

    Kahina


  • Les maths aussi sont pleines de sens et d’émotions, et donnent de la liberté. Elles servent d’outil de sélection plus pertinent que le latin et le grec anciens, car elles sont à la base du monde moderne que beaucoup décrient mais dont tous profitent. Dur à entendre car elles excluent le barbouillage de vitres démagogique. Tant mieux pour ceux qui peuvent se permettre d’ignorer tout ça.


  • Fan Ette :

    Aucun sens à mon sens ! C’est votre avis, que je ne partage pas du tout, d’’ailleurs je l’exprime tout au long du récit ! Tant mieux pour moi, je le vis mieux comme ça.


  • Bonjour,
    c’est drôle votre récit, il n’est pas sans me rappeler cette hésitation devant les chiffres et les nombres.
    Denis Guedj et Georges Iffrah, je crois, ont écrit sur les mathématiques, le premier, des romans passionnants sur l’histoire du Zéro, le théorème du perroquet etc... qu’il vous faut absolument lire, le second une somme sur l’histoire des mathématiques, somme littéraire impressionnante de l’histoire des nombres à travers le temps et les culture.
    Bien à vous,
    Sandrine.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.