Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Je n’ai pas de réseau -
par .

Permalien



Copiez le code d'intégration

Publication : 12 février 2015

Durée de lecture : 4 mn

Nombre de mots : 970

Les désillusions d’une assistante sociale qui décide de reprendre ses études.

J’ai grandi en quartier prioritaire ; devenir travailleur social me permet une ascension sociale tout en agissant pour mon milieu d’origine.


4 commentaires :

  • bonjour,
    belle analyse
    je travaille dans le même secteur (le social), mais à l’échelon administratif (secrétaire médico-sociale - un texte sur mon parcours et mon boulot a été publié ici il y a quelques mois : "vers la diagonale", qui parle de ma façon d’aborder mon travail, le titre l’évoque), dans un métier en crise lui aussi (un problème d’identité professionnelle, suite à la pression de la hiérarchie pour nous faire porter, en raison de problèmes pour recruter des assistantes sociales, des missions d’accès au droit par exemple, qui relèvent du "coeur de métier" des assistantes sociales)
    je retrouve tout à fait ce qui se vit pour les collègues assistants sociaux, qui n’ont pas le statut protecteur de fonctionnaire tant qu’ils n’ont pas passé le concours, ce qui donne des conditions de vie, correctes ou pas, selon le statut, pour le même travail au quotidien.
    je retrouve cette dénonciation du "guichet à aides financières", quoique, les finances sociales ayant fondu, la politique s’oriente plus vers d’autres pistes (ce qu’on appelle, je n’aime pas ce qualificatif, "l’éducatif", qui prend une forme individuelle ou collective, qui n’est pas la panacée non plus).
    je me sens donc en "terre connue", ce qui est bien agréable, et j’en profite d’autant mieux que vous posez de façon claire les difficultés de cette profession et de ce milieu pro
    je vous souhaite une reconversion professionnelle (à terme) joyeuse et réussie :)


  • Bonjour,
    Votre récit m’a fait du bien ;
    je ne suis pas dans le même secteur mais ce que vous dites est applicable à beaucoup de domaines.
    En vous souhaitant bon courage pour trouver du sens à votre vie, votre nouveau métier ... je repars sur autre chose aussi.
    Mais sans grande illusion.
    Bien à vous,
    Sandrine


  • Anveline S. :

    Vous avez eu raison d’arrêter le métier d’assistante sociale, ce n’est vraiment pas intéressant comme travail. Avec toutes les réflexions qui sont les vôtres, peut-être pourrez-vous à terme créer une structure innovante ? En attendant, avez-vous déjà songé à travailler dans les ressources humaines ? Votre intérêt pour l’organisation de votre ancien métier me fait penser à ça...


  • Ne lâchez rien !! Votre parcours finira par faire sens.

    Amicalement, Sabine.



Votre commentaire

Pour poster un message, vous devez vous connecter ou avoir créé un compte.