Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Patrick Gerard

J’ai découvert le plaisir d’écrire avec mes rédactions à l’école primaire ; depuis je n’ai cessé de chercher le mot juste pour exprimer mes joies et mes peines, mes colères, mes espoirs auprès de mes contemporains. L’écriture est devenue ma façon d’être musicien, au plus près de ma sensibilité. Quel que soit notre besoin de transmettre l’important est qu’à notre cœur cela résonne juste.
Un long parcours psychanalytique et psychothérapique m’a permis de retrouver mes capacités intuitives et d’aller à l’essentiel dans ce que j’ai à exprimer. J’ai publié quelques articles professionnels, notamment au sein de la fonction publique territoriale à "La Lettre de l’A.S.E." medium d’expression des psychologues au sein des Conseils Généraux et un témoignage relatant quelques moments de l’accompagnement de ma mère, publié en 2010 aux éditions l’Harmattan et intitulé : "JE N’AI JAMAIS ETE VIEILLE !" Le texte qui est exposé ici reprend les grandes lignes d’une introduction destinée à présenter un recueil d’écrits rédigés sur dix ans et plus, dans mon travail de psychologue territorial au Conseil Général des Bouches du Rhône. Après avoir été salarié 15 ans en Maison d’Enfants à caractère social, j’ai exercé ma profession onze années durant en libéral. Ce n’est qu’après, en passant un concours et en ’dépassant’ les préjugés de monsieur Toutl’monde, que je suis devenu fonctionnaire ! Vous pouvez me joindre ici ou sur mon adresse mail : patrickpgerard@bbox.fr


Récit

Servir le public  

Un psychologue en maison départementale de la solidarité à Marseille.

Par moments nous avions la sensation de vivre une réalité dérisoire, tellement le malheur du monde échouait à notre porte ; comme des vagues avec les marées.

Publication : 3 septembre 2014

Durée de lecture : 22 mn

Nombre de mots : 4470

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Je viens de lire le témoignage d’Alla. C’est très touchant sa façon de partager l’essentiel. C’est tellement simple et vrai ! En quelques mots il nous est déjà presque familier. J’ai eu le désir d’en savoir plus ; de l’aider à tresser d’autres liens avec Sa Famille Humaine, Nous qui pouvons lui être inconnus et si proches en même temps. Bravo d’avoir su préserver sa foi en Lui, en l’Homme.
    ’Aider les humains à mieux voir’ au travers de la profession qu’Il vise, c’est tout un symbole (au regard de ce que le premier des dirigeants de son pays a pu perpétrer !)
    P.G.

  • Votre texte est poignant !
    Vous nous avez conviés à assister à votre calvaire et nous souffrons avec vous deux en présence de tant de rage ’éducative’. Un texte comme celui-ci pourrait être lu à des enfants de cours moyen. Non pas tant, pour les amener à dénoncer les méfaits dont ils auraient être victimes, mais pour les aider à réfléchir sur les notions d’injustice, de conviction ; celle de vérité aussi. Le fossé qu’il peut y avoir parfois entre les deux mondes que sont l’univers des enfants et la trop plate réalité des adultes !...
    Réflexion faite, votre récit pourrait aussi aider les parents à réfléchir sur leur rôle et la compréhension qu’ils peuvent avoir de leur progéniture. La trop grande sévérité avec laquelle ils accompagnent leurs petits. Pourquoi pas lors de groupes de parole de parents !?!
    Merci pour cette difficile d’expérience vécue dont vous nous rendez solidaires.

  • Bonsoir Mademoiselle,
    Et merci pour ce récit passionnant ; presque onirique !
    Ces pages (si elles peuvent se suffire) serviraient aisément d’introduction à une histoire bien plus longue. C’est saisissant de vérité dramatique, humaine. Faites nous connaître d’autres personnages de votre univers. Ils gagnent à vous avoir comme interprète ; comme accompagnatrice ! A Vous lire, encore ! s’il vous plait ?!
    Vous pouvez aussi, en procédant comme vous le faites, nous inciter à prolonger l’aventure, de notre place ! Et pourquoi pas après tout ?!
    Patrick

  • C’est touchant un témoignage sans fioriture, comme le vôtre. Aussi simple, aussi vrai que vous pouvez l’être !
    S’efface le personnage, apparait l’homme !
    Vous nous laissez voir ces motivations qui vous constituent, qui infiltraient vos actes au quotidien.
    Et tout cet amour, gardé par devers soi pour "la bonne cause" qui vous constitue, s’autorise à s’échapper, à se répandre et nous inonde de chaleur, de tendresse !
    Merci Christophe !

Amis :