Le roman vrai de la société d'aujourd'hui.
Soyez-en les personnages et les auteurs.

||

Omar Benlaala

Ce Parisien d’origine, titulaire d’un bac moins 3, s’est vu ouvrir toutes les portes. Un stage mystique lui a, entre autres, fait découvrir le plaisir de la lecture... et de l’écriture. Il est l’auteur de La Barbe, et de la trilogie Gabriel Santo dont Inspire, le premier tome est en ligne à l’adresse suivante : www.gabrielsanto.com


Livres

D’en bas on voit mieux le ciel  

Comment vivre sa foi ? Comment être musulman aujourd’hui ? Le récit fort d’un auteur pudique qui "cherche à avoir moins mal".

C’est cet espace du dedans que j’espère explorer, après avoir trop arpenté le dehors. À Paris, les chambres sont exiguës, la rue t’appelle… Et tu ne lui échappes plus. La mosquée t’apparaît d’abord comme un lieu d’expiation ; mais elle aussi te happe.

Je me suis travesti durant toutes ces années, comme un clown blanc sous le chapiteau, pour masquer une tristesse qui ne pouvait être ni partagée, ni comprise.
Je n’ai pas cherché Dieu, la gloire ou le salut. Seulement à avoir moins mal, et c’est déjà beaucoup.

D’en bas on voit mieux le ciel est devenu un livre de notre collection, intitulé La barbe.


Publication : 20 janvier 2014

Durée de lecture : 10 mn

Nombre de mots : 2180

Jours de jeûne  

Le journal de mi parcours du Ramadan.

Le Ramadan est l’occasion de réapprendre à se nourrir en retrouvant la saveur des aliments, émoussée par un quotidien frénétique.

Publication : 16 juillet 2014

Durée de lecture : 18 mn

Nombre de mots : 3690

Circulez  

La voix d’un surveillant de point école.

Regarde l’écriteau rouge que j’agite en cadence. Debout, couché. Et mes gants blancs, tu les vois mes gants blancs ? Ils sont peut-être sales, mais ils plaisent aux enfants.

Publication : 16 septembre 2014

Durée de lecture : 5 mn

Nombre de mots : 1140

Bibliothèque


Ses derniers commentaires

  • Bonjour Stéphanie,
    votre message me touche.
    Je suis heureux d’entendre que mon récit sert à renforcer les liens parfois distendus par cette douloureuse étape qu’est l’adolescence, et je ne doute pas que le jeune homme dont vous parlez saura trouver son équilibre, avec votre aide et celle de ceux qui l’entourent.
    La Barbe dit surtout ceci : c’est grâce aux autres que je suis devenu moi-même.
    Bien amicalement,
    Omar

  • Chère Stéphanie, merci de votre gentil message. J’espère moi aussi que chacun pourra trouver son refuge et, pourquoi pas, y inviter d’autres âmes en peine...

    Au plaisir de vous lire !

    Bien à vous,

    Omar

  • Bonsoir Luis, et merci de votre message ! Je suis très heureux d’avoir participé à cette belle rencontre et d’avoir pu discuter avec vous. N’hésitez pas, vous aussi, à écrire sur ce site ; il y a de place pour tous et bien des lecteurs seraient heureux de découvrir le témoignage de collégiens. A très bientôt, amicalement. Omar

  • Bonsoir Ethel,
    et merci de votre attention.
    Je suis très heureux d’entendre que mon témoignage sert à créer du lien !
    Concernant la condition de juré, c’est vrai que l’expérience m’a traumatisé... En lisant votre commentaire, je me rends un peu mieux compte de la dureté d’une telle aventure et me réjouis d’avoir eu le courage de refuser l’offrande !
    Merci encore. A bientôt, et au plaisir de découvrir votre prochain texte.
    Bien à vous,

  • Merci Aissa ! J’ai récemment appris que c’est grâce à des religieuses que mes parents ont pu obtenir un logement décent dans cet immeuble, auparavant dépendance de l’Armée du Salut... A bientôt. Amicalement,

  • Les parents... ils m’accompagnent en permanence.
    Quant à la volonté de ne critiquer personne,elle est assumée et je suis très heureux que tu l’aies remarquée.
    Merci encore de tes encouragements,
    amicalement
    Omar

  • Chère MalikaH,
    au début, comme toi, j’ai regretté que les contraintes éditoriales ne me permettent pas d’en dire plus ; mais elles m’ont finalement apporté beaucoup. Apprendre à synthétiser sa pensée est un exercice très stimulant, un véritable atout stylistique, et il est toujours possible de préciser tel ou tel point lorsqu’on rencontre des lecteurs. J’ai d’ailleurs l’habitude de les renvoyer malicieusement vers Inspire, mon premier roman. C’est une fiction, et non un témoignage ; mais le texte est émaillé de références biographiques...
    Amicalement
    Omar

  • Bonjour Isabelle,
    merci de ce commentaire élogieux ! J’ai accepté d’écrire ce livre pour susciter l’échange et la conversation, et je ne peux que me réjouir qu’il ne dise pas tout, puisque cela me donne l’occasion de rencontrer des gens comme vous.
    Je découvre grâce à la promotion de La Barbe un pays que je connais finalement peu, bien que j’y sois né, et un public auprès de qui j’apprends énormément.
    Eh oui, la barbe pique, gratte, et parfois pèse des tonnes...
    Mais elle peut aussi donner beaucoup de légèreté et de confiance.
    Merci encore de votre attention et à très bientôt, j’espère.
    En toute amitié,
    Omar

  • Chère MalikaH,

    bienvenue sur ce beau site !
    Comme quoi une crevaison peut susciter des rencontres inattendues ! J’espère que le livre te plaira autant que l’interview (Beur FM l’a donc rediffusée ?). Tu devrais y retrouver une partie des sujets qui te touchent : l’enfance, les voyages... J’espère qu’après ta lecture nous pourrons poursuivre le dialogue. Merci en tout cas de tes encouragements, qui font chaud au cœur.
    En toute amitié,

    Omar

  • Bonsoir Hanna.
    Absolument paradoxal ! Je me tue à le répéter à mon psy !
    Plus sérieusement ce texte, à l’origine, n’était destiné qu’à une franche poignée de lecteurs tout au plus. Puis, les éditeurs m’ont contacté pour savoir si je me sentais capable d’en faire un livre. Demande à laquelle j’ai répondu par l’affirmative pour rendre hommage aux véritables invisibles : mes parents.
    Aujourd’hui, l’acte "d’écrire" me convient plutôt bien car finalement, il me permet d’hurler en silence et m’offre une nouvelle forme d’invisibilité tout à fait délicieuse...

  • Bonsoir Nasser,
    le tutoiement est de rigueur sur ce site, et il est communicatif !
    J’écris en ce moment un nouveau texte... et je serais fier de te compter parmi mes premiers lecteurs.
    A très vite en effet.
    Amicalement,
    Omar

  • Bonsoir Hanna,
    c’est vous que je dois remercier. Car tout texte est adressé !
    A bientôt sur "Raconter la vie".
    Amicalement,
    Omar

  • Merci de vos commentaires, Mesdames !

  • Absolument, chère Nathalie ; des invisibles à qui la parole est trop rarement offerte...

  • Bonsoir,
    je suis heureux de vous avoir fait découvrir ce site et ses auteurs, qui gagnent à être connus.
    Merci de votre accueil et de votre générosité.
    J’espère revenir dans vos montagnes !
    Amicalement,
    Omar

  • Bonjour Michel, et merci beaucoup pour votre commentaire.
    Cette phrase résume parfaitement mon histoire et je suis ravi de constater que bien souvent elle marque les lecteurs car ce livre est avant tout un hommage à mes parents.
    Je vous souhaite bonne lecture.
    Amitiés
    Omar

  • Chère Julie,
    Merci à toi. Je suis très heureux d’avoir enfin pu visiter une université ! J’ai pensé ce livre comme un pont entre les consciences, et suis ravi qu’il remplisse ce rôle. Au plaisir d’autres rencontres. Amitiés.

  • Merci, cher Patrice.
    Vous êtes un homme d’équilibre !
    Bien amicalement
    Omar

  • Chère Kahina, cher Jules, chère Nathalie, cher Abel, vos lectures sensibles rendent parfaitement compte de mes intentions !
    J’ai effectivement choisi de décrire avec légèreté mon histoire, qui peut paraître sinon grave, du moins sérieuse.
    Au cœur du récit, il y a la volonté d’apprendre, par quelque moyen que ce soit.
    "Le maître dort dans la chambre d’à côté" est pour moi une phrase qui résume parfaitement mon histoire... Elle a même failli devenir le titre du livre !
    Merci encore à tous.
    Amitiés.
    Omar Benlaala

  • Une bien belle initiative. Merci pour le lien.
    Au plaisir de vous retrouver samedi, cher Patrice.
    Bien cordialement
    Omar

  • Cher Patrice Obert,
    merci infiniment de votre message, qui me touche beaucoup.
    Rendez-vous donc ce samedi à 18 h 30, librairie du Monte-en-l’air, 2 rue de la mare dans le 20e arrondissement de Paris.
    https://montenlair.wordpress.com/2015/01/12/omar-benlaala-la-barbe-editions-du-seuil/
    Nous discuterons librement de mon parcours là où il a commencé, en présence de plusieurs “personnages” de La Barbe !
    Au plaisir de vous rencontrer (et de croiser d’autres lecteurs)
    Bien cordialement
    Omar Benlaala

  • Qui aurait pu croire que les portes de la mosquée cacheraient celles du Seuil ? Merci à tous ceux qui m’ont accompagné dans cette nouvelle aventure, spécialement aux lecteurs et à l’équipe de Raconter la vie !
    Bien amicalement,
    Omar

  • Merci d’être une lectrice si active !
    Ce sont aussi vos commentaires qui fixent les textes en nous...

  • Je suis ravi que ce texte vous plaise, mais plus encore qu’il permette de mieux voir sur ce vieux monsieur qu’on salue à peine, malheureusement. Un invisible de plus, qui grâce à ce site l’est un peu moins.

  • Absolument ! N’hésitez à écrire de nouveau, on vous lira avec plaisir !

  • Merci pour votre lecture et commentaire. Un récit que j’ai moi-même parfois du mal à digérer...

  • Absolument, d’où le grand intérêt de votre touchant témoignage ! Je l’ai donné à lire autour de moi et les avis sont unanimes : il est juste et éloquent !

  • Bonsoir Seysha,
    voilà un texte que j’ai énormément apprécié car sincère, sans fioriture stylistique et si actuel ! Bravo, hâte de vous lire de nouveau.
    Bien amicalement

  • Cher Christophe, merci pour votre commentaire. C’est mon humble hommage à un vieil homme dont je ne connais pas le nom et que je trouve admirable.
    Je vous renvoie le compliment concernant vos textes, particulièrement "Ligne 11" qui a été un de mes premiers coups de cœur sur le site.
    Bien amicalement

  • Cher Steve, mille mercis pour votre commentaire. J’avais adoré "Tout sauf vendeur" et je vois que vous avez d’autres textes à offrir. Je vais m’empresser de les déguster !
    Bien amicalement

  • Texte coup de poing ! Vous dominez vos adversaires de plusieurs têtes, soyez-en sûre.

  • Merci encore Nathalie ! à bientôt pour de nouvelles aventures littéraires. Bien amicalement

  • Chère Nathalie, merci pour votre commentaire qui me fait chaud au cœur. Bien amicalement. Omar

  • Absolument ! Au plaisir et bonne soirée à vous.

  • Bonsoir Kahina, et merci ! Et oui, je poursuis mon apprentissage de l’écriture en essayant d’autres approches. Un texte et surtout un personnage qui font écho au fameux Matricule 113. Même combat ! Bien amicalement.
    Omar

  • Merci Sabine, ravis de vous avoir fait partager un peu de notre pain quotidien !

  • Bravo ! Te voilà la mascotte du site ! Tu peux être fier de ton texte.

  • Merci Khahina S. Au plaisir de vous lire.

  • Chers lecteurs, je tiens à préciser que ce texte a été écrit à quatre mains avec mon adorable compagne. Bonne lecture à tous.

  • Merci à vous pour vos chaleureux commentaires. Je lis aussi avec beaucoup d’attention vos textes qui me touchent tout autant. Bien à vous.

  • Une gifle pour démarrer la journée, ça réveille... merci !

  • Un auteur est né ; bravo ! Dire qu’un jour peut-être, d’autres vivront autour de votre poster, et s’éveilleront à la vie à travers lui. La roue tourne, effectivement !

  • Récit très intéressant à lire. Pour avoir connu ce dont vous parlez, je me souviens très bien avoir lâché l’école en 5e après mon redoublement. Je comprenais parfaitement ce que les professeurs expliquaient en classe, et ne ressentais pas la nécessité de faire mes devoirs à la maison que je ne rendais jamais. Je l’ai payé sur mes bulletins car il fallait donner l’exemple et saquer ce petit insolent qui avait le toupet de répondre juste aux interros surprises sans réviser ses leçons comme tout le monde. Mais la fracture n’a pas été comptable, en tout cas pas pour moi. Ce qui s’est réellement passé dans mon esprit, c’est que j’ai pris l’attitude des adultes pour une profonde injustice et je me suis déscolarisé moi-même pour fuir ce que j’estimais être une trahison. Peut-être que mon témoignage vous aidera pour votre fille. Bien cordialement.